Bilan sur la gestion actuelle des déchets

  1. Points forts de la gestion des déchets en Martinique
 
    • Notre structure administrative autour de 4 Etablissements Publics de Coopération Intercommunale se révèle efficace et dynamique.
 

§         Le service de collecte en place est bon, et nos équipements sont adéquats pour la collecte sélective.

 

§         La valorisation locale est efficiente. Les filières de recyclage pour les papiers, les journaux, batteries huiles et emballages sont opérationnelles.

 

§         Le CVO et le CVE (l’incinérateur) sont des points forts de notre gestion des déchets.

 
    • Notre département bénéficie des financements de l’Europe, de l’Etat (ADEME), du Conseil Général, du Conseil Régional et des autres collectivités.
 

§         La réhabilitation des décharges fermées et leur mise en conformité permet un meilleur respect de notre environnement.

 

 2.      Points faibles de la gestion des déchets en Martinique

§         Les faibles taux de la collecte sélective des emballages et des biodéchets, sont à l’origine d’une « sous-utilisation » centre de tri et du CVO. En effet, seulement 1% des déchets sont recyclés.

 

§         Les composts issus du traitement des déchets souffrent d’une mauvaise image de marque.

 
    • La perte de financement constitue un risque réel (en particulier ceux de l’Europe).
 
    • Nous ne possédons que 4 déchetteries et pas encore de plateforme de compostage, équipements s’avérant nécessaire.
 
    • Certaines filières sont difficiles à mettre en place car les équipements proposés ne sont pas toujours adapté à notre île, c'est-à-dire qu’ils sont construits pour des tonnages en déchets plus élevés.
 
    • Certaines filières spécifiques présente un retard plus ou moins important : les pneus, les DTQD (Déchets Toxiques en Quantité Dispersées), le déchets inertes, les déchets verts, la valorisation des boues de station d’épuration, le DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques), les encombrants, les VHU qui font d’ailleurs partie intégrantes de notre paysage …
 
    • La fermeture programmée des décharges, leur état de saturation constitue une contrainte locale car cela diminuera notre capacité de traitement. Les difficultés que rencontre la mise en place du CSDU initialement prévu pour 2007 viennent s’ajouter à ce problème

    • Les décharges sont néfastes pour notre environnement surtout si elles ne respectent pas les normes. Toutefois elles sont un élément structurant de notre gestion des déchets car elles accueillent les rejets des unités de traitement et de valorisation.

getsion des dechets en 2004

3.   Evolution de la production des déchets et du traitement 

 Les martiniquais produiront de plus en plus de déchets. Les prévisions avancent une augmentation de 9 à 22% par rapport à la production de déchets de 2001 soit 0.6% à 1.6% d’augmentation par an.     

La production des déchets en 2010 

Estimation basseEstimation haute
population 2010397481432797
 (t/an)kg/hab.an (t/an)kg/hab.an
1-DECHETS A LA CHARGE DES COLLECTIVITES273400688297300632
DECHETS MENAGERS241500608263400609
Ordures Ménagères167500421182100421
Encombrants4090010344700103
Déchets verts33100833660085
AUTRES DECHETS DES COLLECTIVITES31900803390074
Boues de stations d'épuration (et matières de vidange)19800502150050
Déchets de nettoiement 12100301240029
2-AUTRES DECHETS ASSIMILES115328290121062266
Déchets Industriel Banals (non collectés avec OM)4272610746522107
DIB valorisés directement 677417737517
Déchets Agricoles (hors canne)5080012850800117
Véhicules Hors d'Usage10160261106326
Déchets Toxiques en Quantité Dispersé486912530112
Déchets non contaminés d'activités de soins----
TOTAL388728978418362967

Les quantités à traiter vont varier en fonction des rendements de la collecte sélective. Selon les prévisions elles seront de 226 600 à 239 740 tonnes en 2015.Parallèlement, notre capacité de traitement risque fort de diminuer à cause de la fermeture des décharges. En l’absence de CSDU (Centre de Stockage des Déchets Ultimes), la capacité de traitement atteindrait seulement 156000 tonnes en 2015, contre 300 000 à 350 000 tonnes à traiter.      

évolution comparée                   


 

Nous constatons donc que la gestion des déchets en Martinique ne met pas encore assez l’accent sur la valorisation et le respect de l’environnement. De plus notre capacité de traitement risque de diminuer alors que notre production de déchets elle augmentera. Des améliorations à notre gestion des déchets s'imposeront donc.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Guide Martinique

×